Ebenezer Bryce est né à Dunblane en Écosse, le 17 novembre 1830. Il est le fils d’Andrew Bryce et de Janet Adamson. Âgé de onze ans, il commence à travailler comme apprenti dans les chantiers navals d’Écosse. Il apprend ensuite le métier de menuisier et celui de monteur. À dix-sept ans, il rejoint l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, appelée plus communément l’église des mormons.

« Des rochers rouges dressés comme des hommes dans un canyon en forme de cuvette » : les Paiutes désignaient ainsi ce site singulier.

Ses parents, sa famille et tous ses amis font tout pour l’en dissuader et le persuader de renoncer. Sa foi étant inébranlable, et en dépit des découragements répétés, il persiste. Toutefois, la persécution a fini par devenir telle qu’il quitte famille et amis et part pour l’Amérique. À son arrivée, il reste d’abord à Saint-Louis dans le Missouri, puis en septembre 1850, il se rend à Salt Lake City (Utah). Il travaille pour une famille du nom de George A. et Bathsheba Smith. C’est là qu’il rencontre Mary Ann Park, qui aide à la cuisine et au ménage. Le jeune Ebenezer a tôt fait de gagner son cœur et ils se marient le 16 avril 1854. Mary Ann, née en Nouvelle-Écosse, le 24 janvier 1837, est la fille de David Park et Ann Brooks, originaires d’Écosse.

Les hoodoos, pinacles rocheux colorés de Bryce Canyon.

Ils s’installent à Salt Lake City, puis à Tooele, et à Spanish Fork, toujours dans l’Utah et, plus tard, de nouveau à Salt Lake.
La ville a été fondée au XIXe siècle par les pionniers mormons, guidés par leur prophète, Brigham Young.
De là, ils vont à Cottonwood dans la vallée de Salt Lake. C’est alors qu’Ebenezer s’intéresse naturellement au plan de colonisation de l’Église des mormons. Étant un expert dans le maniement du marteau et de la scie, il fait de nombreux déplacements à travers le centre et le sud de l’Utah pendant les 26 années qui suivent son mariage. Il aide à construire les villes, les scieries, les minoteries ou les usines de bardeaux.

À l’automne de 1861 il déménage à Saint-George, où il reste quelques mois, avant d’être appelé par le Président Brigham Young à Pine Valley, dans l’Utah pour la construction de la chapelle.

En 1865, il réside à Jordan, dans le comté de Salt Lake où il reste deux ans, puis il se rend à Pine Valley. Il achète une scierie à vapeur et part à Grass Valley et plus tard à Mount Trumbull dans la partie nord de l’Arizona, où il scie le bois d’œuvre pour construire le Temple de Saint-George. Puis, son travail terminé, il retourne à Pine Valley.

À l’automne 1867, il vend ses parts de la scierie de Pine Valley, et s’installe à quelques kilomètres au sud de Tropic. Cet emplacement dans le sud de l’Utah est peut-être le plus mémorable. Leur cabane a été construite dans une étendue de prés verdoyants au milieu de nombreux cèdres, d’hectares de pins, de falaises de couleur rose, d’une voute céleste constamment bleue et, ce qui ne gâte rien, au milieu de lieux splendides.

L’endroit a avant tout un côté pratique. La proximité de la rivière Paria (Pahreah River) offre à Ebenezer des eaux pour l’irrigation des cultures et l’abreuvement du bétail, le voisinage des forêts fournit le bois d’œuvre et de chauffage. Ebenezer Bryce construit une route forestière, qui est également utilisée par la population locale de Cannonville. Ces premiers pionniers appellent alors la région environnante « Bryce Canyon », un nom qui comprend de nos jours l’ensemble du territoire de Bryce Canyon National Park. Cette cabane construite par Ebenezer est maintenant un musée à Tropic qui a été transféré à quelques kilomètres de son emplacement d’origine.

À l’automne de 1880, en raison du temps froid, ils décident d’aller sous un climat plus chaud, et c’est le moment où le premier chapitre de l’aventure de la famille Bryce commence en Arizona. Ebenezer vend sa ferme et une partie de ses moutons, qu’il échange contre des ovins à Snowflake, en Arizona, sur la petite rivière Colorado.

L’été suivant, en 1881, il déménage (encore) dans la vallée de la Gila, et s’installe à Pima, alors une ville d’une douzaine de familles. Dernier déménagement, en 1885, au nord de la rivière Gila en Arizona, où il s’installe dans la ville qui s’appelle aujourd’hui Bryce.

Une merveille naturelle sculptée par les millénaires !

Au printemps 1905, Ebenezer construit avec ses garçons un moulin à farine à Bryce, géré par l’énergie fournie par un canal depuis la rivière Gila. Le moulin est inondé au cours d’une forte tempête par la crue de la rivière. Ebenezer fait également commerce de bétail du côté de Gila et au nord de la rivière.
Bryce est son domicile jusqu’à sa mort, le 26 septembre 1913, à l’âge de 83 ans. Son épouse est décédée avant lui, le 10 avril 1897.

Ils étaient les parents de douze enfants, huit garçons et quatre filles, nommés dans l’ordre : Ebenezer Park Bryce (1855-1938), Ann Jeanette Park Bryce (1857-1919), David Andrew Bryce (1858-1887), William Henry Bryce (1860-1930), Alma Nephi Bryce (1861-1916), les jumeaux Barbara Ellen (Nell) Bryce (1863-1936) et George Alvin (Dick) Bryce (1863-1940), Jane Louise Bryce (1867-1957), Mary Isobelle Bryce (1870-1957), Joseph Walter Bryce (1872-1938), Heber Brooks Bryce (1878-1926) et Reuben Adam Bryce (1880-1956). Leurs petits-enfants, arrière-petits-enfants et arrière-arrière-petits-enfants se comptent par centaines de personnes.

Au cours de leurs déplacements, lui et sa famille, rencontrent de nombreuses difficultés. La traversée de temps chaud et sec, les déserts de sable, le manque de nourriture et d’abri parfois sont souvent endurés par ce grand pionnier. Il a même connu les troubles des Indiens dans l’Utah. Il n’a jamais assez de travail et est toujours prêt à aider les autres. Au cours de toutes ses expériences de pionnier, il n’a jamais faibli.

Ebenezer Bryce a été le premier colon permanent de Bryce Canyon. En raison de la vie et de l’histoire de ce pionnier, et après beaucoup de discussions et de difficultés le Bryce Canyon National Park a été nommé ainsi en son honneur.

Note du traducteur : je voulais encore flâner un moment dans cet endroit magnifique. J’ai découvert que le premier fils de ce pionnier s’appelait Ebenezer Park Bryce – ça ne s’invente pas. Lui aussi a eu une famille nombreuse de 11 enfants. Et j’ai eu envie de vous faire partager la vie de ce pionnier, en tentant de vous en faire un résumé, tout en traduisant cette histoire écrite le 21 novembre 1938, par Layton J. Ott lors d’une entrevue avec Maurice Cope, ranger à Bryce Canyon National Park. [source (en anglais) : The Family History of Jerry & Barbara Waters Cornia]

Cet article a 2 commentaires

  1. si l’ensemble de la famille, parents, enfants et petits enfants vivent tous en moyenne aussi longtemps c’est vrai qu’à notre époque ça doit faire du monde!
    Allez bon courage pour la suite du voyage on a envie d’en savoir plus!
    Blog super intéressant d’une part par le voyage en lui-même et d’autre part par les détails qui nous sont donnés, c’est un plus.

    1. Effectivement, Bryce est une sacrée famille :
      ¤ en nombre d’enfants, d’une part : le père d’Ebenezer en a eu 7, son grand-père 9, son arrière-grand-père 7, son arrière-arrière-grand-père 11 et son arrière-arrière-arrière-grand-père 5. Ebenezer en a eu 12, son fils Ebenezer 11 et sa fille Mary Isobelle 9. On dépasse déjà les 70 !

      ¤ en nombre d’années de vie, d’autre part : Ebenezer, comme son fils ainé, a vécu 83 ans. Et six autres de ses enfants ont dépassé les 70, Jane Louise a atteint les 90 ans ! Mary Isobelle quant à elle a vécu 87 ans, et quatre de ses neuf enfants ont atteint un âge tout aussi respectable. Enfin, pour terminer, la fille de Joseph Walter, Alice Jane est décédée à 83 ans, elle aussi.

      Et pourtant, ils n’ont pas eu une vie facile et de tout repos !

      Personnellement, j’ai trouvé intéressant de faire des recherches sur ce pionnier, en m’imaginant les lieux où il a vécu. C’est une façon de prolonger un peu le voyage tout en lui rendant hommage !

      Et je suis très heureux que cela vous plaise. Je vais donc pouvoir continuer ainsi. 😉

      Merci de votre appréciation et de vos encouragements.

      Et à bientôt pour la suite !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.