Mercredi 21 mai 2008, 10 heures

100 % nature, je vous l’avais promis ! Juste après l’entrée sud du parc, prendre à droite vers Mariposa Grove of Big Trees. À 3 kilomètres, il y a un parking. Si vous voulez, vous pourrez faire la route avec nous, en fin d’article. Et j’espère que vous n’avez pas oublié vos appareils photos panoramiques, sinon vous ferez comme moi, du collage !

Ici, nous sommes entre 1700 et 1800 mètres d’altitude. Les Espagnols ont baptisé la région Mariposa, en référence aux nombreux papillons observés dans les collines. Mais je préfère maintenant laisser un ranger du service des parcs nationaux, Jon Kinney, décédé en mai 1986, partager son émerveillement pour ces arbres magnifiques.

Quel pied ! C’est celui du Bachelor and Three Graces

Les séquoias géants, Sequoiadendron giganteum, ne sont pas les plus vieux organismes vivants. Bien que certains séquoias géants soient vieux de plus de 3000 ans, des spécimens vivants de l’ancestral pin aristé, Pinus arista, ont plus de 4600 ans d’âge !

Les séquoias géants ne sont pas les plus hauts organismes vivants non plus. Leur cousin côtier à feuilles d’if, Sequoia sempervirens, peut atteindre 115 mètres de haut. Ces séquoias de la Sierra ne dépassent pas 94 mètres ; dans Mariposa Grove, le plus grand mesure 88 mètres environ.

Les séquoias géants n’ont même pas le plus grand diamètre basal. Le cyprès de Montézuma, Taxodium mucronatum, du Mexique peut dépasser 15 mètres. Le diamètre basal du plus grand séquoia géant dépasse tout juste les 12 mètres.

Pourquoi ces arbres suscitent-ils alors autant d’intérêt ? Tout simplement parce qu’en volume total le séquoia géant est le plus grand organisme vivant connu.

The Fallen Monarch, à terre depuis des siècles

Sur votre droite, à l’entrée du bosquet par le sentier principal, se trouve le Fallen Monarch. Les biologistes pensent que cet arbre est à terre depuis des siècles. L’acide tannique dans le bois empêche la croissance initiale de champignons et bactéries, ce qui bloque quasiment toute décomposition d’un séquoia abattu. Ce n’est qu’après lessivage du tannin du bois par la pluie et la neige fondante que la décomposition peut débuter.

Notez les racines de cet arbre. Les séquoias n’ont pas de racines profondes ; celles-ci s’étalent près de la surface pour capter l’eau. Si elles n’atteignent généralement pas plus de deux mètres de profondeur, elles peuvent s’étendre sur plus de 45 mètres, offrant une base stable à l’énorme tronc. En restant sur la route et les sentiers, les visiteurs minimisent le compactage du sol nuisible à ces racines de surface.

[La photo ci-contre The Fallen Monarch et la Troupe F de la Sixième Cavalerie en 1899, vous donne un ordre de grandeur.]

Le long de la route au-dessus du Fallen Monarch se trouvent de nombreux jeunes séquoias, reconnaissables par leur feuillage en écailles arrondies, leur silhouette conique et leur écorce tendre et spongieuse.

Bizarrement, il y a peu de jeunes séquoias dans la forêt. Savez-vous pourquoi ?
La germination des graines de séquoia nécessite trois éléments : 1) un certain ensoleillement, 2) suffisamment d’humidité et 3) un sol minéral nu. Ironiquement, la construction de routes crée un lit de semence idéal, en ouvrant le sol aux rayons du soleil, en augmentant l’humidité sur les bords des routes et en offrant un sol minéral dénudé sur les accotements.

A côté du pied du Grizzly Giant, les sapins semblent être des bonsaï.
Et, coupées, devant, ce sont des branches, grosses comme des troncs d’arbres…

Au Bachelor and Three Graces (le célibataire et les trois grâces), on trouve souvent des cônes de séquoia, en forme d’œuf. La couronne d’un séquoia géant adulte peut porter, en tout temps, des milliers de cônes verts. Chaque cône contient environ 200 minuscules graines plates, d’à peu près 1 centimètre de long et semblables à des flocons d’avoine. Ces cônes femelles poussent sur les branches supérieures. Pour se reproduire, le séquoia géant dépend du vent. Les tempêtes de fin d’hiver produisent des vents forts qui transportent le pollen des branches inférieures d’un arbre jusqu’aux branches supérieures des autres, ce qui permet la pollinisation des graines et favorise le brassage génétique nécessaire à une saine reproduction.

Le Grizzly Giant, l’un des plus grands arbres de Mariposa Grove, a un âge estimé à 1800 ans. En vous approchant de sa base, levez les yeux. L’énorme branche sur le côté sud mesure près de 2 mètre de diamètre, ce qui est plus que le tronc de tout arbre du bosquet autre que les séquoias !

Mais pourquoi les jeunes séquoias sont-ils si rares loin de la route ? Peu après la découverte de ces arbres, dans un souci bien intentionné de les protéger, les gens ont commencé à supprimer les incendies naturels. Des arbustes plus tolérants de l’ombre se sont rapidement développés en sous-bois, réduisant l’ensoleillement, s’accaparant l’humidité et couvrant la terre de leurs aiguilles et débris. Il est devenu impossible aux semis de séquoia de démarrer.

Seuls les incendies causés par la foudre réduisent la présence d’autres conifères, éliminent les déchets de feuilles et laissent sur le sol une fine couche de cendres riches en éléments nutritifs. En outre, la chaleur du feu dessèche certains cônes verts de séquoias adultes, ce qui produit une pluie de graines fraîches sur un lit parfaitement préparé. En hiver, la neige recouvre Mariposa Grove. À la fonte des neiges au printemps suivant, le soleil, l’humidité, les graines fraîches, la cendre et la terre se combinent pour créer une pépinière de séquoias.

Ce rôle des incendies naturels dans la reproduction des séquoias n’est compris que depuis le début des années 1960. À ce moment, la présence de 100 ans de déchets forestiers non brûlés et des jeunes conifères représentait une charge combustible massive. Dans ces conditions peu naturelles, la foudre aurait pu provoquer un intense feu de couronnes susceptible de tuer les plus grands arbres. Pour réduire cette quantité anormale de combustibles et encourager la reproduction des séquoias géants, le service des parcs nationaux a entamé une série de « brûlages dirigés », allumés délibérément et surveillés de près par les rangers, au printemps et en automne. Une fois que la forêt sera retournée à un état plus naturel, ces feux contrôlés devraient prendre fin. La nature pourra alors reprendre son cycle d’incendies causés par la foudre tous les sept à vingt ans.

À 45 mètres environ au-delà du Grizzly Giant se trouve le California Tunnel Tree, taillé en 1895 pour permettre le passage de diligences. Peu de visiteurs savent que des tunnels ont été creusés dans deux arbres de ce bosquet et que celui-ci est le seul toujours debout. Allez donc vous promener à travers un arbre !

Non, ce n’est pas pour être sur la photo, c’est juste pour donner une idée de
la taille du tronc du California Tunnel Tree à la base ! Les diligences pouvaient y passer.

Pour votre information, le deuxième arbre, certainement parmi les plus célèbres au monde, est le Fallen Wawona Tunnel Tree. Qui sait combien de millions de visiteurs en voiture ont traversé cet arbre de 1881, date de creusement du tunnel, à 1969, lorsqu’il s’est effondré sous une charge de neige record. Affaibli par le trou immense à sa base, il est mort quelque 1000 ans avant son heure. Mais les histoires et les photos de ce doux géant ont fait le tour du monde et ont indéniablement contribué à la préservation de ses compagnons.

Hé ! Vous n’êtes pas assez nombreux pour en faire le tour !

Le sentier se poursuit et monte doucement jusqu’à 2000 mètres d’altitude. Si le cœur vous en dit, et si vous disposez de temps, n’hésitez surtout pas à ajouter Mariposa Grove à votre programme de randonnée…

Vous verrez d’autres séquoias remarquables, dont Galen Clark Tree, du nom de la personne qui a tant fait pour la protection de ces séquoias. Clark a pénétré ce bosquet pour la première fois en 1857. Il fut tellement impressionné qu’il passa le reste de sa vie à guider des visiteurs parmi ces merveilles et à œuvrer pour leur protection.

En 1864, Abraham Lincoln a pris un moment durant la Guerre de Sécession pour déclarer Mariposa Grove et la vallée de Yosemite réserve d’état protégée pour « l’usage, la villégiature et les loisirs du public ». Galen Clark a vécu suffisamment longtemps pour voir la création du Parc national de Yosemite en 1890 et l’incorporation de ce bosquet dans le parc en 1906. Avec John Muir, Galen Clark a joué un rôle clé dans la préservation de Yosemite. Quoi de plus naturel qu’un très bel arbre pour commémorer son nom.

 

Pour terminer, rappelez-vous que c’est la résistance des séquoias au feu, aux maladies, aux insectes et à la pourriture qui leur permet de devenir millénaires. Préservez donc cette magnifique forêt : restez dans les chemins, et ne ramassez pas de cônes.

Et… attention au torticolis, vous êtes prévenus !

[Source du texte principal : Mariposa Grove et ses séquoias géants, où vous trouverez également un plan détaillé]…et, en bonus caché, le livre en ligne et en anglais, mais comportant de nombreuses illustrations, sur le site du National Park Service : The Giant Sequoia of the Sierra Nevada

Cet article a 2 commentaires

    1. Merci à toi, pour avoir apprécié la visite.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.