Un film à voir en famille…

Je m’étais promis en créant ce blog, de te parler de mes coups de cœur.

Je le fais pour les romans que je lis, la musique que j’aime, et j’oublie parfois de te parler des films que j’ai vu et surtout apprécié.

Loup en est un ! Tiré d’un roman de Nicolas Vanier, ce film a une dimension qui dépasse bien entendu le simple documentaire. C’est en effet une véritable histoire qui nous passionne et nous émeut dans ce magnifique hymne à la nature.

Je te livre ci-dessous quelques extraits du site. N’hésite pas à le visiter, tu y découvriras notamment la bande annonce ainsi que de nombreuses photos, dont celles présentées ici…

Synopsis

Sergueï est un Évène, ces nomades éleveurs de rennes qui vivent dans les montagnes de Sibérie orientale.
À l’âge de 16 ans, Sergueï est nommé gardien de la grande harde du clan de Batagaï.

Ce clan – dont le chef n’est autre que son père – est composé de quatre familles et de leur harde de 3000 rennes qu’ils conduisent d’un alpage à l’autre au gré des saisons. Dans cette immensité, le loup rôde et menace en permanence les rennes ; unique richesse et fierté des Évènes.

Dès son plus jeune âge, Sergueï a appris à chasser et abattre les loups sans état d’âme. Jusqu’au jour où sa rencontre avec une louve et ses quatre adorables louveteaux va bouleverser toutes ses certitudes…

C’est à cet instant que sa vie bascule.

Pour protéger “ses” loups, Sergueï va transgresser les lois millénaires de son peuple et ainsi trahir son père et son clan. Dans l’insouciance de sa jeunesse, Sergueï va braver l’interdit : le jeune garçon et les louveteaux vont mutuellement s’apprivoiser. Par amour, il partagera ce lourd secret avec la belle Nastazia.
Mais c’est sans compter que le loup garde son instinct de prédateur…

Loup 02 (photo www.loup-lefilm.com)

Loup, une fiction au cœur de la nature

Nicolas Vanier propose pour la première fois une véritable fiction : un hymne à la nature, tourné avec la complicité d’un peuple encore épargné.

Dans les conditions du réel

Auteur de plusieurs documentaires, récits et romans, Nicolas Vanier tourne avec Loup une nouvelle page de sa vie d’aventurier. Avec son ami et producteur Jean-Pierre Bailly, qui avait produit Le dernier trappeur, il signe un conte onirique et émouvant qui se déroule sur la terre des Évènes.
Une aventure que Nicolas souhaitait sans artifices :

Cette fiction a été tournée dans les conditions du réel. Nous avons travaillé avec les vrais nomades éleveurs de rennes, dans leur cadre de vie. C’est un lieu que je connais puisque j’ai passé pratiquement un an avec les Évènes et leurs troupeaux. Pour le film, j’ai donc sollicité deux clans d’une vingtaine de personnes, avec lesquels j’ai noué des liens d’amitié. Ils sont l’âme de l’histoire. Les quelques comédiens qui sont venus se joindre aux Evènes ont passé un mois à leurs côtés avant le tournage pour se familiariser avec leur mode de vie, apprendre à monter les rennes, à manier le lasso et adopter leurs postures. Par la force des choses, par -50°C, ils sont devenus Évènes.

Loup 03 (photo www.loup-lefilm.com)

L’harmonie avec la nature

Pour son premier long métrage de fiction, Nicolas Vanier s’est inspiré de son livre éponyme, Loup.

Les hardes sont regroupées une fois par an dans un village où une organisation se charge de la commercialisation de quelques têtes de troupeau. L’argent recueilli permet aux Évènes d’acheter sel, munitions, thé, etc. Mais les clans se croisent également dans l’année.
Le film commence d’ailleurs par la visite d’un groupe voisin où naît une histoire d’amour entre le héros, Sergueï, et la belle Nastazia.

Pour Nicolas Vanier, les Évènes incarnent l’harmonie parfaite entre l’homme et la nature :

Ils sont l’exemple absolu de ce qui peut se faire de mieux en matière de vie durable. Si on revient les voir d’ici un siècle, il y aura autant de rennes, de mouflons et d’animaux sauvages qu’aujourd’hui. Ils font l’inverse de nous qui mangeons la poule au lieu de manger les œufs.
Nous prélevons plus que de raison en réduisant le capital des générations futures. Cela paraît banal mais les Évènes ont compris cela depuis longtemps. C’est cette harmonie que j’ai voulu retranscrire dans cette fiction et c’est pour cela qu’ils ont accepté naturellement d’être acteurs de ce film car ils ont conscience du péril qui les menace. Ils parlent par exemple de compagnies russes qui braconnent et dévastent les forêts.

Ce qui n’empêche pas les Évènes d’être heureux :

C’est un peuple qui rit de tout, en permanence. Ces hommes ont des rides de bonheur. Ils finissent par ressembler à ce qu’ils sont : des gens heureux. C’est l’un des sens du film. Un peuple qui n’a rien au sens que nous accordons au verbe “avoir”, mais qui a tout car les Évènes sont profondément et simplement heureux, ivres de liberté.

Loup 04 (photo www.loup-lefilm.com)

Tiens, moi, rien qu’à relire cela et à regarder les sites, j’ai envie de retourner le voir, ce film… Et toi, ça ne te tente pas ?

Cet article a 4 commentaires

  1. J’ai vu plusieurs films de N. Vanier, dont le dernier trappeur, l’enfant des neiges,…, mais pas celui ci. Au vu de la description que tu en fais j’irai bien le voir aussi. Amicalement

    1. Les films de Nicolas Vanier sont toujours très beaux à voir…
      Et dans celui-ci, cerise sur le gâteau, il y a une histoire, un fil conducteur, qui nous tient en haleine, jusqu’à la fin…
      Si tu en as l’occasion, je te le recommande… Tu me diras.
      Amicalement.

  2. La liberté dans le froid à -50° ça doit être dur quand même. A + 50° aussi d’ailleurs. Par contre je voudrais bien faire un câlin avec des loups.
    Bizzzz – Martine

    1. Ce sont des températures extrêmes… nous n’y sommes pas habitués, il est vrai !
      Et tes loups ont l’air tellement gentils qu’on les câlinerait bien…
      Bizzzz

Les commentaires sont fermés.