Le Centre Pompidou à Metz

Sa charpente en bois est un assemblage inédit et innovant composé de seize kilomètres de poutres en lamellé-collé d’épicéa qui s’entrecroisent pour constituer un maillage hexagonal. Elle est recouverte d’une membrane en fibre de verre enduite de téflon qui a la particularité d’être « auto-nettoyante », de protéger des rayons du soleil tout en offrant une transparence la nuit.

Tu ne l’auras sans doute pas loupé, cette semaine, c’était l’inauguration du Centre Pompidou à Metz. Et oui, les Parisiens avaient déjà Beaubourg —une horreur architecturale pour certains…—, donc les Messins, pour attirer du monde, ont eu l’idée de tenter cette expérience de décentralisation d’un établissement public culturel national. Et cette fois encore, les responsables ont voulu une architecture spectaculaire.

Ainsi le Centre Pompidou-Metz est défini comme une machine à rêver, placée sous le signe de la rencontre, de la découverte et du partage. C’est l’un des plus vastes espaces d’exposition d’Europe (5 000 m²).

Comme nous ne sommes pas très loin de Metz, allons constater de visu ! Et cette semaine, pour l’inauguration, il y a cinq journées portes ouvertes et d’autres festivités, dont tu peux retrouver le détail dans les liens ci-dessous.

En avançant sur le parvis et dans les jardins qui relieront le centre-ville et la gare au Centre Pompidou-Metz, le visiteur découvrira un édifice aux tons clairs et lumineux, puissant et léger à la fois, invitant à s’abriter sous son toit protecteur.

Nous avons imaginé une architecture qui traduise l’ouverture, le brassage des cultures et le bien-être, dans une relation immédiate et sensorielle avec l’environnement. [Shigeru Ban et Jean de Gastines, Architectes]

Premier constat : le Centre se trouve judicieusement placé à deux pas de la gare. En TGV, c’est à 90 minutes de la capitale. Mais ce qui attire l’œil, évidemment, c’est bien l’originalité de la toiture et de sa charpente en forme de chapeau chinois.

Et en approchant du bâtiment, force est de reconnaître que les architectes (un japonais et un français) ont fait fort pour ne pas agresser d’emblée le public en inventant une architecture qui respecte l’environnement. Oui, je le dis tout net, c’est une belle réussite !

J’ai lu cette description du bâtiment que je trouve assez explicite, en fait : se présentant comme trois boîtes à chaussures superposées, coiffées d’un chapeau chinois et portées par six piliers coniques et une flèche centrale de 77 mètres (cela correspond à l’année d’ouverture du Centre Pompidou-Paris).

Par contre, sauf à être très, très patient, inutile d’envisager un seul instant profiter de la gratuité pour visiter l’intérieur de la structure ainsi que les chefs-d’œuvre qu’elle renferme. Pourquoi ? Au début de la file, un panneau indique gentiment une attente d’environ 2h45, oui, tu as bien lu… Donc, tu es prévenu. Personnellement, j’y retournerai…

Enfin, ce n’est pas grave, j’ai fait quelques prises de vues des extérieurs. Et je t’en fais immédiatement profiter.

Assez parlé, tu as tout ce qu’il faut, ici, ou dans les quelques liens indiqués, pour juger toi-même… Bonne visite !

Cet article a 15 commentaires

  1. BONJOUR DENIS
    L’avantage de la nature c’est qu’il ne faut pas faire la queue comme des insectes loool pour photographier ou les regarder lolll
    vive la nature lol
    bise
    Chryss

    1. Bonjour ChrYss,
      Le milieu naturel est tout de même plus agréable que toute cette urbanisation, pas toujours très réussie, qui plus est…
      Même si, dans le cas présent, cette réalisation humaine n’est pas (trop) laide. On a vu pire, et bien pire, n’est-ce pas ! 😮
      L’homme tente parfois de ressembler à des fourmis, dans ses comportements !
      Mais il est loin, bien loin, d’arriver à recréer l’œuvre du créateur.
      Vive la nature et merci à toi.
      Bise.

  2. Pas trop le temps aujourd’hui,
    Mais je ne pouvais pas démarrer cette journée
    Sans te faire un petit coucou!!!
    good morning to you!
    Gros bisous.
    Domi.
    ps : étant native de Metz, me voilà ravie de découvrir ce nouveau monument qui j’avoue a plus de charme que celui de Paris. Mais celui de Paris a été construit lors du vivant de Mme Pompidou qui était une grande contemporaine, allant jusqu’à son intérieur!!!

    1. Good morning, Domi !

      Attention, ne te fais pas piquer.
      Et voila de quoi se mettre en train, dès le matin. Bon, je ne parle pas de la piqure, bien entendu, mais du petit film d’animation dont tu nous as mis le lien… 😀

      Et, hop, tu vois, tu as bien fait de prendre tout de même le temps de faire un petit arrêt par ici…
      Ainsi quand tu auras l’occasion de repasser par « ta » case départ, tu ne gagneras peut-être pas 20 000 francs, ni même 3 048,98 €, mais au moins tu ne seras pas étonnée d’y découvrir ce nouveau monument.

      Gros bisous.

  3. Dommage, le gros escalier gris est quand même super moche et voyant !
    Hihi, sinon quelque chose me dit que les superbes mottes de terre en vague ne seront plus aussi belles après une grosse pluie. 😛

    1. En fait, ce gros escalier gris se fond dans le décor et dans l’ambiance générale de l’architecture… A la limite, on ne le remarque pas (à peine !).
      Regarde, la tour Eiffel, par exemple, à la base, c’est également super moche. Et surtout très voyant, c’est le moins que l’on puisse dire. 😛 Et pourtant, elle est mondialement connue et admirée.

      Et tu as bien raison, à n’en pas douter, la superbe future (!) pelouse va servir de terrain d’entrainement de cross, VTT ou autres deux roues, d’autant plus qu’elle est en accès direct et bien tentant.
      Les paysagistes ont dû s’amuser à mettre en forme le terrain, tout comme ils vont s’amuser, lors des tontes. 😀 😀
      Sans compter l’œuvre de la pluie, entre ruissellement et accumulation d’eau…
      Bon, affaire à suivre, ces photos seront peut-être collector d’ici peu !

      1. Ou alors ils s’entraineront au cross avec les tondeuses. Ça peut être rigolo aussi. 😛

        1. Oui, tout est possible. Ou alors ils ont prévu tout ça…
          Le terrain est peut-être miné… ou encore piégé, puisqu’il parait qu’ils ont fait des découvertes archéologiques lors de la construction du centre…
          Et sait-on jamais, Metz était bien (mal) située à certaines périodes de son histoire.
          Bon, je plaisante, bien sûr. J’aime bien nos amis messins. 😛 😀 et aussi les vététistes, et aussi les tondeuses, et aussi…

          Mais ce serait pas mal, d’assister à des courses lors d’un cross de tondeuses, après tout.

  4. Je suis un clown, aux multiples facettes,
    Un clown qui rejette les malheurs par une pirouette,
    Tantôt clown blanc, la larme à l’oeil,
    Tantôt le clown rigolo, qui va rire avec orgueil.
    Facette du clown gai, je ne me force pas, c’est ma nature à moi,
    Facette du clown triste, ce n’est pas moi vraiment, mais c’est dur des fois.

    Je te souhaite un bon lundi, avec tous les ingrédients pour qu’il te soit doux et agréable!!!
    Bisous.
    Domi.

    1. Tiens, voila un joli clown ! en plus, il est magique vraiment, avec ces nombreuses facettes !

      Et même s’il lui arrive parfois d’être triste, il est plus souvent comme toi, Domi…
      Gai, rigolo, facétieux, drôle, amusant…
      Merci à toi pour cette généreuse distribution d’ingrédients servant à passer une bonne journée.
      Et n’oublie pas d’en faire usage, surtout quand parfois, c’est dur… 😛
      Bisous.

  5. L’Arc en ciel – Poésie d’amitié
    Savez vous que l’arc en ciel est composé d’une vingtaine de couleur, comme le poupre, le safran ….

    Les couleurs de l’amitié !

    un jour, toutes les couleurs du monde se mirent à se disputer entre elles, chacune prétendant être la meilleure, la plus importante, la plus belle, la plus utile, la favorite.

    Le vert affirma

    je suis le plus essentiel, c’est indéniable. je représente la vie et de l’espoir. J’ai été choisi pour l’herbe, les arbres et les feuilles. Sans moi, les animaux mourraient. Regarder la campagne et vous verrez que je suis majoritaire.

    Le bleu prit la parole

    tu ne penses qu’à la terre mais tu oublies le ciel et l’océan. C’est l’eau qui est la base de la vie alors que le ciel nous donne l’espace, la paix et la sérénité. Sans moi, vous ne seriez rien.

    Le jaune rit dans sa barbe

    Vous êtes bien trop sérieux. Moi j’apporte le rire, la gaieté et la chaleur dans le monde. A preuve, le soleil est jaune, tout comme la lune et les étoiles. Chaque fois que vous regarder un tournesol, il vous donne le goût du bonheur. Sans moi, il n’y aurait aucun plaisir sur cette terre.

    L’orange éleva sa voix dans le tumulte

    Je suis la couleur de la santé et de la force. On me voit peut-être moins souvent que vous, mais je suis utile aux besoins de la vie humaine. Je transporte les plus importantes vitamines. Pensez aux carottes, aux citrouilles, aux oranges, aux mangues et aux papayes.
    Je ne suis pas là tout le temps mais quand je colore le ciel au lever ou au coucher du soleil, ma beauté est telle que personne ne remarque plus aucun de vous.

    Le rouge qui s’était retenu jusque là, prit la parole haut et fort :

    C’est moi le chef de toutes les couleurs car je suis le sang, le sang de la vie. Je suis la couleur du danger et de la bravoure. Je suis toujours la vie. Je suis toujours prêt à me battre pour une cause. Sans moi, la terre serait aussi vide que la lune. Je suis la couleur de la passion et de l’amour, de la rose rouge, du poinsettia et du coquelicot.

    Le violet laissa parler le pourpre. le pourpre se leva et parla dignement :

    Je suis la couleur de la royauté et du pouvoir. Les rois, les chefs et les évèques m’ont toujours choisie parce que je suis le signe de l’autorité et de la sagesse. les gens ne m’interrogent pas, ils écoutent et obéissent.

    Finalement l’indigo prit la parole, beaucoup plus calmement que les autres mais avec autant de détermination :

    Pensez à moi, je suis la couleur du silence. Vous ne m’avez peut-être pas remarquée mais sans moi vous seriez insignifiantes. Je représente la pensée et la réflexion, l’ombre du crépuscule et les profondeurs de l’eau. Vous avez besoin de moi pour l’équilibre, le contraste et la paix intérieure.

    Et ainsi les couleurs continuèrent à se vanter, chacune convaincue de sa propre supériorité. Leur dispute devint de plus en plus sérieuse.
    Mais soudain, un éclair apparut dans le ciel et le tonnerre gronda. La pluie commença à tomber fortement. Inquiètes, les couleurs se rapprochèrent les unes des autres pour se rassurer.

    Au milieu de la clameur, la pluie prit la parole :

    Idiotes ! Vous n’arrêtez pas de vous chamailler, chacune essaie de dominer les autres. Ne savez vous pas que vous existez toutes pour une raison spéciale, unique et différente ?
    Joignez vos mains et venez à moi. Les couleurs obéirent et unirent leurs mains.

    La pluie poursuivit :

    Dorénavant, quand il pleuvra, chacune de vous traversera le ciel pour former un grand arc de couleur et démontres que vous pouvez toutes vivre ensemble en harmonie. L’arc-en-ciel est un signe d’espoir pour demain. Et, chaque fois que la pluie lavera le monde, un arc-en-ciel apparaîtra dans le ciel, pour nous rappeler de nous apprécier les uns les autres.

    Voilà, comme je n’avais pas grand chose à dire aujourd’hui, mais que je n’en pensais pas moins, je viens partager cette jolie histoire avec toi !!!
    Mille bisous aux couleurs de l’arc en ciel et de l’amitié!!!
    Domi.

    1. Et bien, Domi, pour quelqu’un qui n’avait pas grand chose à dire… tu nous gâtes tout de même !
      Il y a de la lecture, et vraiment, ça vaut le coup. C’est une très jolie histoire de partage et d’amitié, très colorée…

      Et pour te remercier, je te mets la photo d’un « vrai » arc en ciel [photo prise depuis mon jardin, il y a quelques années].
      Mille bisous.

  6. Superbe ce Centre Pompidou à Metz, l’architecture est en effet très douce, ce tressage du toit me fait penser effectivement à autant de bras qui se rejoignent pour ne former plus qu’un ensemble harmonieux. Pour l’intérieur… patience, donc !
    Bises – Martine

    1. Je crois que tu définis très bien cette architecture, Martine ! C’est effectivement un ensemble harmonieux, en forme de bras (ou de tulipes). Un peu comme un navire renversé, aussi, selon les angles de vue.
      Et qui donne envie d’en voir plus. Il incite à la visite, avec ses formes douces.
      Il y a bien la visite virtuelle sur un des liens, mais comme pour les photos (qui donnent au moins un aperçu), il n’y a rien de tel que de le voir et de s’y rendre soi-même.
      Et c’est ce que je ferai plus tard. Tout comme toi, sans doute, puisqu’en définitive, ce n’est pas beaucoup plus loin, en temps de trajet.

      Cela fera l’objet d’un autre article, promis (à condition que les photos soient permises à l’intérieur…)
      Merci Martine. Bises

Laisser un commentaire