L’aménagement de la Moselle à grand gabarit au sud de Frouard commencera en 1976. Achevée en 1978, la grande voie emprunte le lit même de la Moselle entre Frouard et Fontenoy. De Fontenoy à Toul, elle est constituée par une dérivation avec une écluse à Gondreville et une à Toul. Elle rejoint la rivière en amont de Toul pour y rester jusqu’à Neuves-Maisons en franchissant l’écluse de Villey-le-Sec. La nouvelle voie est alors accessible à des convois poussés de 172 m de long, 11,40 m de large et 2,50 m d’enfoncement, ayant un port en lourd de 3 200 tonnes.

Ces travaux gigantesques entre Frouard et Neuves-Maisons saccagèrent les sites idylliques de la Moselle sauvage, louée par les poètes et écrivains comme Ausone, Barrès et surtout Emile Moselly qui résidait souvent à Chaudeney dans la maison familiale.

Le nouveau parcours de la Moselle, dompté pour l’instant par l’homme, eut raison des mortes d’Aingeray, Villey-Saint-Etienne et Villey-le-Sec où flore et faune évoluaient en symbiose. Nénuphars jaunes et oranges et joncs bordaient ces mares peuplées de tanches, carpes et anguilles.

Emile Moselly, écrivain contemplatif, décrit la Moselle sauvage sur les hauteurs de Villey-le-Sec un jour d’hiver : «Au milieu de cette blancheur immense étalée sur les terres, la Moselle roulait ses eaux jaunâtres, livides, plombées ; des glaçons tournoyaient dans les places tranquilles, froissant les tiges des roseaux secs». (Terres Lorraines). Nostalgie de cette époque hélas révolue.

La Moselle près de Toul

Et tous ces travaux réalisés pour rien ! Pour aboutir à un cul de sac (Neuves-Maisons) qui ne résout pas les problèmes de pollution routière grâce au transport sur barges, puisque le projet de liaison avec le Rhône par la Saône à Corre (52 km) a été abandonné. Seules consolations, la piste cyclable qui emprunte l’ancien chemin de halage du canal de l’Est et une partie des anciens chemins de terre qui longeaient la Moselle et le tourisme fluvial qui, peu à peu, prend de l’ampleur. [Source : Daniel JACQUES – La Moselle Canalisée]

Laisser un commentaire