Depuis midi, ce mercredi 7 janvier 2015, comme toi, je suis atterré, triste, révolté, horrifié…

Je suis Charlie.

Je m’apprêtais, en ce début d’année, à venir te souhaiter plein de belles choses.
Sans doute, comme l’ont fait, quelques jours avant ce drame, les familles et les amis d’Elsa, de Jean et Stéphane.
Comme celles et ceux de Philippe, Bernard et Georges.
Mais aussi de Bernard, Mustapha, Michel et Frédéric.
Sans oublier Franck et Ahmed.

Je suis Charlie

Quelle ironie, ils se préparaient à tirer… les rois. Les fèves qui leur étaient destinées étaient hélas meurtrières. Les rois du rire sont morts. Morts de rire et de nous faire rire.

Caricatue…

J’ai vu et apprécié de nombreux hommages, ici et là.
Que dire de plus ?
Les mots nous manquent devant cette lâche barbarie, devant ce massacre sans nom.
En France, on ne pourrait donc plus s’exprimer ?

Non, non et non, on ne peut accepter l’inacceptable !

Comme toi, je m’interroge…
Oh, bien entendu, ces terroristes ne sont pas sensibles aux êtres humains qui les entourent.
Ces fanatiques ne risquent pas non plus d’apprécier la beauté du monde dans lequel ils vivent !

Ainsi, à mon petit niveau, en tant qu’amateur de belles choses à partager à l’aide d’images, je réfléchis, bien sûr…

Tiens, voilà encore bien une expression que l’on utilise sans même y penser. Très souvent, avec mon appareil photo, je mitraille. Je shoote la nature, le soleil. Je tire des portraits d’insectes.
Et j’admire, je m’émerveille.

Mais aujourd’hui, je suis ému.

Je rends hommage à ces douze martyrs et j’ai une pensée émue pour leurs familles et leurs amis.

Tristesse...

Malgré tout, et contre l’avis de ces terroristes, gardons espoir en un avenir meilleur.

La liberté d’expression est et sera toujours la plus forte.

Faisons en sorte que cette année 2015 soit tout de même une belle année de bonheur, d’amour, de partage et d’espoir.

"Celui qui sourit au lieu de s’emporter est toujours le plus fort."
Sagesse japonaise

Soutenir Charlie Hebdo

Cet article a 2 commentaires

  1. Oui, tout ça s’est terminé dans le sang, comme ça avait commencé et j’en suis triste. Moi j’aurais voulu qu’on les mette face à leurs crimes, que les familles aient la possibilité de leur demander « pourquoi ? « . Même si, me dit-on, ça n’aurait rien changé, et relancé le processus. ça je n’en sais rien mais j’aurais aimé leur envoyer la démocratie dans la tête. Leur dire clairement « toi tu es une ordure qui tue les gens parce qu’ils font un dessin, nous on est pas comme ça. » Enfin, ça s’est passé différemment, ils sont morts comme ils l’ont voulu, en martyrs, et déjà on voit qu’ils font des émules. Peur de l’avenir, tous ces gosses qui trouvent que c’est bien de tuer des gens parce qu’ils ont fait un méchant dessin.
    J’espère qu’on trouvera la force au fond de nos coeurs pour toujours se rappeler de pourquoi ils sont morts, parce qu’ils ouvraient leurs gueules, avec leurs crayons ou leurs plumes, et que c’est ça la France, on a le DROIT d’ouvrir sa gueule. Mais je pense que jamais ils n’auraient voulu la peine de mort, même pour ceux qui les ont froidement exécutés. Ils étaient contre l’extrémisme, contre toute forme de contrôle de la pensée.
    Les français ont un sursaut de patriotisme, le vrai, le bon, pas celui des extrémistes, non, celui qui dit que la France a des valeurs, la liberté, et que ça veut dire quelque chose et qu’on y tient.
    Mais quand même mon Den, même si j’espère de toutes mes forces que l’avenir se passe bien, au fond tu sais, j’ai peur…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de tes commentaires sont utilisées.