Officiellement, c’est le printemps, mais il arrive parfois que les dimanches soient pluvieux.

C’était le cas en ce dernier dimanche de mars. Mais pour une fois, ça ne nous dérangeait pas outre mesure.

Il faut dire que depuis un mois nous avions initié un rassemblement de géocacheurs – on appelle cela un « event ». Le thème de l’après-midi : une séance d’initiation à l’escalade en salle. Baptisé “Nancy Cliffhanger #2 Event”, c’était le deuxième du nom. Et comme pour celui de l’an passé, celui-là a également attiré de nombreux adeptes débutants, petits et grands.

C’était donc une bonne occasion de nous retrouver entre amis géocacheurs de la région et même au-delà.

Le but de cette séance était clairement de démystifier l’escalade en voie et de donner aux participants les bases pour, peut-être, aller un peu plus loin en faisant de nouveaux adeptes. L’occasion rêvée de découvrir sans crainte ce sport très convivial.

Prodiguée par un moniteur diplômé, la séance de deux bonnes heures commençait par l’initiation à la voie : apprentissage des nœuds, mise en place du baudrier, utilisation du système d’assurage, manipulation des cordes, règles de sécurité, lecture d’une voie et de ses cotations…

Et la pratique faisait immédiatement suite à la théorie. Tout le monde avait envie d’essayer. Mais sans oublier le maître-mot : SÉCURITÉ. Après avoir enfilé et réglé son baudrier, chacun teste le nœud de 8. Au début, ce n’est pas si facile, mais après quelques essais, ça marche.

Vient le moment où il faut vaincre ses appréhensions. Euh… je crois que je vais avoir le vertige ? Mais non, pas du tout.

Et maintenant qu’on est là, attaché chacun à un bout de la corde, il faut bien se décider !

Avant la fin de la séance, chacun a voulu se prouver qu’il en était capable en allant signer le carnet de bord, le « logbook », qui se trouvait en haut d’une voie.

Jusqu’à la fermeture de la salle, tous, petits et grands ont bien profité de leur après-midi. D’ailleurs, les enfants demandaient déjà à leurs parents quand allaient-ils revenir.

Quant à moi, cette année, je n’ai pas pris de baudrier. Mais j’ai tout de même pris un peu de hauteur, j’avais une lanière (autour du cou) et j’ai pris 2/3 photos. Il fallait bien immortaliser ces instants mémorables.

Pour nous, cela fut vraiment une belle réussite. Ça se voyait clairement sur les visages. Et je n’invente rien, tous les participants n’ont l’ont dit et ils l’écrivent eux-mêmes dans leurs commentaires.

Je tiens encore à remercier tou(te)s les participant(e)s pour leur bonne humeur et leur courage, sans oublier bien entendu, notre moniteur du jour, FX, le responsable de la salle Casabloc pour son professionnalisme et sa patience.

Et un gros bisou à Tilune Chacon pour l’illustration dans le thème.

Vivement qu’il pleuve, dimanche prochain ! Quoique…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.